lundi 16 octobre 2017

Chronique : LYSISTRATA + VOLCANICS + MIGHTY BOMBS + LONELY DOGS



LYSISTRATA
The thread, LP, CD, Digital
Vicious Circle
Ces jeunots débarquent avec une très flatteuse réputation de tuerie live, donc j’attendais ce disque avec impatience.
Et j’ai pas été déçu.
Bizarrement le 1er titre m’a fait penser au Down By Law de la meilleure époque qui aurait tourné Art Rock. Etonnant. D’ailleurs c’est ce qui rend cet album attachant et passionnant de bout en bout : ces collisions stylistiques au sein d’une même ‘chanson’. Imaginez un Fugazi de 2017 copulant avec un At The Drive In qui serait revenu en forme ! Avec une touche de Hot Hot Heat et des Hot Snakes… Mais en fait Lysistrata ne ressemble à personne (et va même jusqu’à piquer au Hard Core mélo parce qu’ils s’en fiche, seul compte le résultat).
Les petits Punk de Lysistrata peuvent en remontrer à Metz et autres Fidlar concernant la ‘furiosité’ et ils pondent aussi des morceaux en biberonnant du Noise Rock, du Trash Punk, de l’Indie Rock, de la Pop ultra musclé... Avec une morgue toute anglaise (ou new yorkaise).
Le son sec comme un coup de trique et, ultra puissant de cet album vous saute à la gueule comme peu de disque l’ont fait ces dernières années. Mais attention si Lysistrata vous agressent jamais ils ne vous violentent car c’est tellement bon que non seulement on est consentant mais on en redemande !
Ils sont fichus de s’embarquer dans des titres de 8 mn et de les faire sonner comme une décharge Punk d’1’30. Et d’amalgamer des éléments Post Rock / Math machin sans être ni chiant ni pompeux. En fait quel que soit le format leur impact est imposant !
[BT]


The VOLCANICS
Transmission, LP, CD, Digital
Citadel Rds
Ça c’est du Rock comme on l’aime ! Solide. Pas une surprise qu’il soit torché par des australiens et que ça se retrouve sur Citadel Rds !
Musicalement ça me fait un peu penser au Rocket From The Crypt (voir International Noise Conspiracy) avec par moment une petite paire d’accords à la AC/DC, saupoudré de Fleshtones. Est également présent une fine tranche de Psyché barbouillée de Punk’n’Roll !
Du massif, mais aussi du ciselé et surtout un truc bien plus fin et ouvragé que la première écoute ne le laisse penser.
Attention cet album est contaminant et il donne la danse de Saint Guy ainsi que le désir de remettre le couvert en éclusant bien des godets… Oui en l’écoutant vous prendrez conscience que votre gosier est très en pente et votre désir de Rock’n’Roll toujours pas rassasié. Ça tombe bien les Volcanics débarquent pour vous !
L’adjonction de cuivres sur une partie des chansons donne au truc un putain de gros coup de pied au cul qui rappelle les gigantissimes Flan System. Et ça n’est pas rien !!!
[BT]
En concert : Jeudi 19 Octobre : The VOLCANICS (Explosive Garage R’n’R, Australie), au Thunderbird Lounge, à Saint Etienne


MIGHTY BOMBS
Not of this earth,
GPS Prod / Casbah Rds / Lucinda Rds
1er EP pour ce trio Suisse. Qui n’est cependant pas constitué de débutant(e)s puisque les différents membres de ce groupe jouent ou ont joué dans Las Furias, The Trap, Perras De Infiero, Virüs, Dustburds, The Last Brigade, Demon Vendetta…
Peut- être que certains de ses noms ne vous sont pas inconnus. En tout cas ils prouvent que chez les Mighty Bombs il y a du savoir-faire !
Musicalement on est entre Punk Garage mélodique, Indie Pop late 80 (un poil de Blonde Pop sur les chansons les plus melodiques), Power Pop et College Rock.
Un amalgame qui doit beaucoup à la voix de Onne Wan et aux chœurs, aux accroches de guitares et à une section rythmique qui influent considérablement sur l’orientation musicale.
Tout en étant assez loin musicalement je dirais que chez les Mighty Bombs on retrouve le  même niveau de qualité que chez les Muffs. Et ça s’est pas un mince compliment.
[BT]
En concert : Jeudi 19 Octobre : Les 10 ans du Mistral, avec : FLAT WORMS (Indie Punk, Californie) + MIGHTY BOMBS (Punk Rock Garage, Genève) + THE WILD ZOMBIES (Voodoo Trash Blues, To Loose) + Dj : El Cannibal, au Mistral Palce, à Valence
Et :
Vendredi 20 Octobre : MIGHTY BOMBS (Garage Punk) + The REACTION (Street Punk Power Pop), au Bar des Tilleuls, à Annecy
Et :
Samedi 21 Octobre : MIGHTY BOMBS (Garage Punk) + The BRAND NEW MEN (Garage), au Trokson, à Lyon. Entrée libre.
Et :
Dimanche 22 Octobre : HARD-ONS (Légendes Rock Punk, Australien) + NOT SCIENTISTS (Pop Punk / HC Melo) + MIGHTY BOMBS (Garage Punk), à l’Usine, à Genève


The LONELY DOGS
2ème album pour ce quatuor qui avait démontré dès son 1er un énorme talent pour pondre des grandes chansons de Rock éternel ! Et qui avec ce 2ème opus enfonce le clou encore plus profond dans votre cervelet !!!
Ce qui apparait très vite c’est qu’il y a un gros travail sur les voix qui se posent sur des guitares imparables (une fois encore Jean Cat et son Rock On studio démontre qu’en Europe s’est le top niveau).
On se rend compte aussi très vite que la palette musicale des Lonely Dogs s’est enrichie en se penchant vers la Power Pop mais aussi parfois vers des refrains à la Ramones… Ils ne copient jamais mais jouent avec les références sans que jamais elles ne les écrasent.
Faut dire qu’ils ont les épaules solides les Lonely Dogs, car on en a connu des groupes qui après un 1er disque brillement réussit ont sombré. Mais pas eux. Dès la pochette on pourrait presque s’en douter.
Les 4 musiciens ont musclé leur jeu dans tous les secteurs pour proposer un album encore plus aboutit. Toujours impeccables sur leurs fondamentaux Rock éternel à guitares joué avec class et mélodies (façon Dogs / Only Ones) ils se nourrissent d’autres références pour satisfaire nos âmes et nos oreilles qui en ont pourtant vu et entendues d’autres…
BRILLANT !
[BT]
En concert : Samedi 21 Octobre : The LONELY DOGS (Rock with guitars & class), chez Disc’Art, place de la Fontaine couverte, à Romans Sur Isère, dans le cadre de la Braderie En Mode Vintage

mardi 10 octobre 2017

Chronique : SLøTFACE + BURNING HEADS + ASPHALT TUAREGS



SLOTFACE
Try not to freak out, LP, CD, Digital
Propeller Recordings
Leur 1er enregistrement date de 2013, cependant voici seulement maintenant leur 1er album. Manifestement un temps qui a été mis à profit pour ciseler ces 11 chansons. 11 perles de Pop Punk dans son versant le plus Pop. Plein de mélodies et de voix féminines dans une veine College Rock (avec un côté Jimmy Eat World meets Avril Lavigne). Engagé dans un ‘combat’ féministe, Slotface (j’arrive pas à trouver comment on fait un O barré sur mon clavier) fait la part belle à sa chanteuse, et plus généralement aux voix qui constituent un des éléments primordiale des chansons et contribue à les rendre immédiatement mémorables !
Véritable usine à tubes, toutes les chansons sont ultra accrocheuses et on rêverait de les entendre à la radio. Dans un monde idéal en tout cas !
Et le signe qui ne trompe pas c’est qu’à chaque écoute mes titres préférés changent !
Bref c’est ultra addictif, ça met du baume au cœur et la pèche du matin au soir !
[BT]


BURNING HEADS
Live 1999, KXLU 88.9 FM Los Angeles, CD, Digital
Ninteen Something
Brillante idée de rééditer ce live des Burning Heads ! D’une part car il est primordial de dire et de redire à quelle point nous avons été (et sommes toujours) chanceux d’avoir dans ce pays un des tout meilleur groupe de la scène Hard Core Melo mondiale ! Et que par chance ils ont été très actifs tout au long de leur carrière durant laquelle ils n’ont jamais commis de faute de goûts, ont été une inspiration et une aide pour de nombreux groupes d’ici. Et comme on est vraiment vraiment chanceux les Burning Heads sont toujours aussi actifs et toujours un exemple ! https://www.facebook.com/burningheads
Bon alors ce live de 1999 ? J’avoue que je l’adore par son côté sec et cru qui rappel bien ce que sont les Burning sur scène, le tout avec un son qui accroche l’oreille, cru tout en étant clair & puissant !
Putain ouai il le fait ce disque, et je comprends pourquoi il fallait le rééditer ! Une vraie gifle pour tous les cons qui ne jurent que par les groupes ricains… De ce côté de l’Atlantique aussi on sait y faire. Et en plus les Burning Heads eux ont une vraie personnalité ! Un must !!!
[BT]
En concert : Vendredi 13 Octobre : BURNING HEADS (Hard Core Mélo légendes, tournée des 30 ans) + SLEEPERS (90’s Noise Rock) + HATEFUL MONDAYS (Punk Rock vernissage de l’album), à l’Usine, à Genève
Et :
Jeudi 2 Novembre : BURNING HEADS (Hard Core Mélo légendes, tournée des 30 ans) + The REBEL ASSHOLES (Punk Rock) + PETER BLACK (Hard Ons en solo, Australie) + MUNDY’S BAY (Post Punk Shoegaze, Canada) + OFF MODELS (Indie Rock Punk) + The SOCIALS (Punk 80), au C.B.G.C, à Gigors Et Lozeron (26)
Et :
Vendredi 3 Novembre : BURNING HEADS (légendes du HC Melodik, tournée des 30 ans) + The REBEL ASSHOLES (Punk Rock) + SMUTT (Punk Garage Punk), au Brise-Glace, à Annecy.
Et :
Mercredi 22 Novembre : BURNING HEADS (légendes du HC Melodik, tournée des 30 ans) + LE PEUPLE DE L’HERBE (Hip Hop Reggae Rock) + LES MAUVAIS GARçONS (légendes Punk locale des 80’s), au CCO, à Villeurbanne (69)


ASPHALT TUAREGS
Sexes, LP + CD inclus
Closer Rds
J’aime beaucoup beaucoup les Asphalt Tuaregs (quel excellent nom) dont j’avais reçu le 1er CD sans aucune indication, ce qui fait qu’il m’a fallu un paquet de temps pour découvrir qu’ils sont du Havre et formé autour de François Lebas (ex Fixed Up, et ex Backsliders… vu la musique des Asphalt Tuaregs la connexion avec les Backsliders est bien cohérente, d’une certaine façon c’est comme une suite… un gars qui a une ‘carrière’ avec une ligne directrice). En tout cas depuis ce choc initial je me jette avec avidité sur tout ce qu’ils ont enregistré.
Pour ce nouvel album les morceaux s’enchainent sans débander (rien de plus normal vu le titre), le son est épais comme la lave qui coule dans les veine du trio qui va vous engloutir dans sa densité sonique.
Du Blues urbain dangereux avec guitares barbelées comme on le pratiquait (et parfois la tradition se perpétue heureusement) à Ann Arbor / Detroit / Sydney / Stockholm / Le Havre, déjà…
Titres posés et rampant, irritants et venimeux, chansons rapides pour vous savater, le tout avec un savoir-faire qui n’appartient qu’à eux.
Asphalt Tuaregs : chaque disque est indispensables tant ils sont peu les groupes capables de produire une musique si forte et attachante.
[BT]
En concert : Mardi 17 Octobre : LEADFINGER (Super band Australian Rock) + ASPHALT TUAREGS (Rock, Le Havre Style), au Thunderbird Lounge, à Saint Etienne
Et :
Mercredi 18 Octobre : LEADFINGER (Super band Australian Rock) + ASPHALT TUAREGS (Rock, Le Havre Style), à La Makno, 4 place des Volontaires, à Genève
Et :
Jeudi 19 Octobre : LEADFINGER (Super band Australian Rock) + ASPHALT TUAREGS (Rock, Le Havre Style), Le Chicago, à Annecy
Et :
Vendredi 20 Octobre : LE HAVRE ALL STARS (Suepr-band) + ASPHALT TUAREGS (Rock, Le Havre Style), aux Abattoirs à Bourgoin Jallieu

samedi 7 octobre 2017

Chronique : INHEAVEN + LAL & MIKE WATERSON + BLURRY MOUNTAIN + BIBLICAL



INHEAVEN
S/t, LP, CD, Digital
Piccadilly Rds / Pias Cooperative
Ah ben ça comme gros coup de nostalgie ça le fait terrible ! Replonger en plein cœur de l’Indie Pop anglaise de la meilleure époque !
Inheaven est le parfait croisement entre Suede et The Primitives. Un fantasme de fan (le mien en tout cas). En plein brexite ces quatre-là se penchent sur une grande époque de la musique populaire anglaise (disons 1985 / 1997) et se décident à sortir un 1er album qui ne contient que des chansons qui donnent envie de danser seul dans son gros pull informe, ou d’allé chez le disquaire se procurer sa dose de bons disques !
Ayant surement écouté ‘Generation Terrorist’ le 1er Manic Street Preachers ils en reproduisent l’innocence, l’insouciance avec la morgue de la jeunesse qui s’en fout et qui emmerde les vieux grincheux qui vont empiler les références en disant qu’on l’a déjà entendu ailleurs, Inheaven leur pisse à la raie (façon Wendy James).
Inheaven à un crédo : du fun et des bonnes chansons.
Et dès les 3 premières de l’album tu es amoureux !
Régressif ? Oui. Jouissif ? OH OUIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!
Réconfortant comme un doudou.
Et tout aussi indispensable !
MERCI !!!!
[BT]


LAL & MIKE WATERSON
Bright Phoebus,
Domino
Réédition remastérisé d’un album de 1972 qui est semble-t-il une référence chez certains geeks du Folk anglais…
Ce dont j’ai une forte tendance à me battre les couilles. Seul compte la musique et là je comprends parfaitement la motivation de cette ressortie !
C’est Jarvis Cocker qui a donné l’impulsion pour cette réédition, puisque qu’en 2013 il tournait avec Richard Hawley pour un ‘Bright Phoebus Revisited Tour’…
A sa sortie ce disque a été vu avec ‘suspicion’ par les fans de Folk traditionnel de l’époque ce qui est un bon signe. Et son côté ‘culte’ (je hais ce mot) vient de la faillite du label qui l’a édité le rendant ultra rare et difficile à dénicher. Donc cette réédition emmerde les spéculateurs du vinyle et ça c’est déjà une bonne chose.
Mais le plus important c’est bien sûr que la musique est incroyable.
La chanson inaugurale pourrait sortir d’un de ces spectacles de cabaret musical (entre opéra et chanson Pop) qui est tellement spécifique à la culture anglaise. Et d’ailleurs c’est un élément qui nourrit d’autres chansons de cet album. Qui est cependant très clairement une œuvre Folk. Anglaise qui plus est.
Même si la 2ème chanson me fait penser à Phil Ochs (dans sa période Folk, pas chanteur pour ménagères). Comme on l’imagine le chant est partagé entre Lal et Mike ce qui donne une coloration particulière à l’album. Qui fut enregistré par une bande de potes partageant un amour commun pour le Folk mais n’ayant pas le doigt sur la couture. Et il émane de ce disque une sorte de magie, de liberté, une respiration… comme une promenade dans la campagne anglaise après la pluie dirait le poète de 4ème B…
Si vous êtes des fans du genre c’est véritablement un disque indispensable (avec une sorte de Who’s Who parmi les guests). Si comme moi le (la ?) Folk n’est pas une obsession ce qui compte c’est que voici un disque brillant et totalement au-dessus du temps !
[BT]


BLURRY MOUNTAIN
Out of sight, CD, K7, Digital
Damaged Ride Rds
Certes on pourrait se dire encore un groupe de jeunots qui mélangent Psyché Rock et Post Punk. C’est vrai, mais temps que le mélange produira des disques aussi excitant que ce 1er (long et bon) EP des parisiens alors je continuerai à me réjouir de la chose !
Une grosse louché d’Indie 90, un rien de Shoegaze, pas mal de Pop narcotique de toutes les époques, un relent de Noise et peut-être même un soupçon de Folk (mais bien weird alors). Blurry Mountain débarque avec quelques cartes gagnantes en main : un bon nom, une bonne pochette et 6 titres très entêtants sur ce disque inaugural.
Et aussi des bonnes fées qui se sont penché sur leur berceau tel Scott Von Ryper (The Black Ryder et également actuel guitariste de Jesus & Mary Chain) qui a produit ce 1er vrai disque !
Après un single en 2014 Blurry Mountain aura pris le temps de murir et ça s’entend à travers ces 26 mn de musiques à la grande densité sonore ! Et émotionnelle.
[BT]


BIBLICAL
The city that always sleep, LP, CD, Digital
Tee Pee Rds
2ème album pour ce groupe de Toronto qui avait pour objectif de mélanger Can et MC5... Le résultat est plutôt une sorte de Post Rock sauce Heavy avec de gros morceaux d'Indie Rock 90 dedans... Une sorte de syncrétisme typiquement 2017 !
C’est assez étrange de retrouver ce groupe sur Tee Pee Rds qui est généralement plutôt orienté Heavy 70’s / Stoner / Metal… Mais comme c’est un label dont les boss ont de l’oreille et au vu de la qualité de cet album finalement c’est pas si surprenant. D’autant que Biblical si ils tranchent par rapport au reste du catalogue à quand même un son bien musclé. Plus (Post) modern mais on sent carrément que ses membres ne sont pas totalement réfractaires au Heavy.
Un Heavy qu’ils trempent dans la sauce du Rock désincarné du Nord de l’Angleterre du basculement entre les 70’s et les 80’s et dans une certaine esthétique qui fut développer en Allemagne entre 72 et 81…
[BT]


lundi 2 octobre 2017

Chronique : SYLVAIN ANSOUX + CHEAP STAR + SORE LOSERS + MAGIC & NAKED



SYLVAIN ANSOUX
Les graines invisibles,
Editions Jets d’Encre, 185 pages, 17 euros
En fait le Roman Noir ça n’est pas compliqué. Pour que ça marche il faut que ça marche. Il est nécessaire que le bouquin vous happe dès les premières pages et que vous ne vouliez plus le lâcher.
Après ça expliquer pourquoi ça marche est bien plus compliqué. Question de rythme. Plutôt de tempos, qui varient subtilement en fonction de l’histoire. Et qui vous embarque. L’histoire bien sûr. Et des personnages forts. Ainsi qu’un style…
A la fois dépouillé et précis il permet de cerner les protagonistes et leur donne une consistance en quelques phrases ciselées… Quant à l’histoire c’est un peu la rencontre très improbable de deux solitudes, celle de Joseph septuagénaire veuf qui s’ennuie dans sa fin de vie et celle trop visitée de Nina prostituée probablement venue de l’Est qui sévit/subit dans une camionnette de bord de route / de champ… Les souvenirs de guerre et le monde actuel viennent perturber la rencontre de ces 2 êtres qui n’étaient pas destinés à se croiser.
Un Roman Noir qui se passe à la campagne, qui est bien loin de la vague ennuyeuse du polar rural. Une lecture qui me réconcilie avec le Roman Noir après une poignée de bouquins passés entre mes mains n’ayant ni saveur ni couleur (noir). Avec « Les graines invisibles » Sylvain Ansoux signe déjà son 2ème roman dans une veine assez différente du précédent mais avec lequel il montre encore son habilité de conteur !
[BT]
Vendredi 6 Octobre : Rencontre Dédicaces, avec SYLVAIN ANSOUX pour son 2ème roman « Les graines invisibles » à La Libraires Les Modernes, rue Lakanal, Grenoble centre à partir de 18h. Entrée libre. La soirée se poursuivra avec un mix par OLIV ON DA MOON (Indie Rock Pop)

Emission spéciale à réécouter ici : https://campusgrenoble.org/podcast/aperophonie-05-juillet/


CHEAP STAR
Songs for the farrelly brothers, CD, Digital
Z&Zoé Rds
Avec ce nouvel album Cheap Star se dégage encore plus de l’ombre tutélaire des Posies en dépit du fait que Jon Auer joue sur presque tous les titres et ait enregistré l’album, à l’exception d’une chanson dont s’est chargé Ken Stringfellow, on reste en famille. C’est ça l’esprit de famille.
J’ai toujours aimé les disques de Cheap Star mais il faut constater qu’avec celui-ci ils ont franchi un palier affirmant encore plus leurs talents.
Tout d’abord celui de compositeur capable d’écrire neuf merveilles parfaitement équilibrées, gracieuses, élégantes, aériennes mais également musclées quand il le faut !
Le parfait équilibre entre vigueur et mélodies.
Talent d’interprète, également présent sur toutes leurs chansons et également sur la reprise de « Into your arms » (The Lemonheads… une cover pas choisit au hasard). Une maîtrise soyeuse, un sens de l’équilibre proche du plus que parfait.
Enfin, talent pour s’entourer de gens capables de réalise l’album de façon idoine. C’est-à-dire en mettant en valeur chaque élément pour sublimer l’ensemble.
Pensez à un Pixies au mieux de leur forme et ultra mélodieux, ou au Lemonheads comme on les rêve !
Un must !!
[BT]
En concert : Mercredi 4 Octobre : CHEAP STAR (Power Pop soyeuse) + The CATS NEVER SLEEP (Indie Garage Psyché Pop, Suisse), au Brise-Glace, à Annecy. Gratuit.


The SORE LOSERS
Skydogs, CD, LP, Digital
Ultra Elektric Rds
3ème album pour ces belges qu’on compare volontiers aux Raconteurs / Black Keys je précise ça pour ceux qui écoutent ce genre de groups (ce qui n’est pas mon cas) on dit aussi qu’ils ont la même intensité que leurs compatriotes de Triggerfinger ce qui me parle (et m’intéresse) plus. Effectivement comme eux difficile de les rattacher à un courant précis.
The Sore Losers réussissent à moderniser le concept de Rock éternel à guitares en l’amenant dans les années 2010… Pas mal marqué par l’Indie Rock 90, le Stoner (versant Torche / Fu Manchu), le Rock classieux des 80 (Only Ones, Steve Wynn…), une certaine vision du Rock un rien Bluesy, et une Power Pop bien couillu.
Ce qui marque le plus sur ce ‘Skydogs’ c’est bien la qualité des 10 chansons bien directes et serrées qui atteignent pile leur cible : votre cortex avec un joli côté catchy, et immédiatement mémorisable. En plus une fois dans votre cerveau elles ne sont pas prête d’en sortir : tant mieux !
[BT]
En concert : Jeudi 5 Octobre : LES WAMPAS (Rock Punk) + The SORE LOSERS (Indie Garage Stoner Blues, Belgique), à La Belle Electrique, à Grenoble


MAGIC & NAKED
Human expression, LP, CD, Digital
Le Pop Club
Quelle aisance. Quelle facilité. Quelle élégance. Dans l’interprétation. De composition. Mélodique.
Voici livrées en vrac les réflexions qui me sont venues dès la 3ème écoute de ce 2ème album des Magic & Naked.
Le 1er m’avait beaucoup emballé, celui-ci me fait décoller !
Rien d’étonnant vu la Pop très aérienne que le quartet suisse pratique. Avec finalement beaucoup d’instruments acoustiques qui se mélangent aux guitares électriques. Plein d’arrangements qui savent être discrets mais très importants dans la spécificité de chaque chanson.
Une petite touche baroque, une de Folk, quelques relents narcotiques. Beaucoup beaucoup de voix, vocaux, chœurs harmonieusement arrangés. C’est vraiment class, brillant, douillet et d’une telle élégance !!!
Une jolie merveille comme parfois on en découvre et qu’on va écouter longtemps au fil des années allongé sur une peau de bête devant le feu qui ronronne dans l’âtre !
[BT]



samedi 30 septembre 2017

Chronique : FOUR BY ART + DARTS + DAYOFFS + JAMIE 4 PRESIDENT



FOUR BY ART
Inner sounds, Cd, Digital
Art Rds / Area Pirata
Pour moi tout commence par cette belle et intrigante pochette qui instille son charme vénéneux dans mon faible cervelet.
Puis il y a la musique de ce quatuor italien qui manie le concept de duel guitares / orgue avec maestria ! D’autant plus que les guitaristes sont 2 et que l’organiste utilise différents types de claviers en fonction de ce que nécessite la chanson. Four By Art évolue dans un Sixties Garage / Revival 80 / Paisley Underground. Mais aime aussi teinter fortement sa musique de Groove R&B (Hammond, cuivres, chœurs féminins, flute traversière). Bien sûr ils aiment aussi la Pop. Ce qui explique leur focalisation sur les chansons !
Et puis ils ont dans leurs influences du Freakbeat, un peu de Prog et de Weird Folk, peut-être même un rien de Blues… Psychedelia ? For sure my dear !!!
Et puis il y a l’Histoire de ce groupe qui sévissait au début des années 80 dans la très fertile scène italienne. Et qui revient avec ce nouvel album 30 ans après. Et franchement ça ne sonne pas daté, ils ont une pèche et un entrain incroyable et surtout une capacité à composer et interpréter des chansons mémorables. Avec en plus une très forte personnalité !
[BT]


The DARTS
Me.Ow., LP, CD, Digital
Dirty Water Rds
1er véritable album pour ce super-band féminin après deux 10’’. J’avais été accro à leurs précédents enregistrements et c’est rien de dire que j’attendais celui-ci avec impatience ! Beaucoup d’impatience ! Bonne nouvelle ce disque arrive bien plus vite que je ne m’y attendais.
Et je dois reconnaitre que j’ai été pas mal désarçonné par les premières écoutes puisque les Darts ont un peu modifiées leur cocktail.
Elles ont musclée leur jeu, leur son, s’offrant de beaux duels guitare / orgue.
Elles laissent un peu de côté leurs tendances Power Pop (mais sans abandonner la mélodie) pour plonger dans le 60’s Garage Punk avec délice.
Trépidant. Envoutant. Acéré. Plein de putain de titres killers qui s’immiscent en vous pour y rester bien longtemps !!!
En fait cet album égale les meilleures productions du Garage Revival 80 (Miracle Workers, Creeps…) sans aucunement sonner dater ou passéiste. Un must qui régale à chaque chanson. Pas de point faible et pas de temps mort.
Du bonheur et de l’efficacité.
Le top !
[BT]


The DAYOFFS
S/t, LP, Digital
Emerald & Doreen Recordings
Alors eux je ne sais pas d’où ils sortent (New York mais ils ont des noms à venir de loin : un russe et un japonais) mais sur leur 1er album le duo démontre une grande habilité.
Les références qu’on donne les concernant (Teenage Fan Club, Ash, Boo Radleys…) m’ont fait saliver et écouter ce disque avec curiosité. Et que j’ai bien fait !
Sans être de la plus grande originalité ils manient la mélodie Pop avec une simplicité et une évidence qui ravira tous les fans les plus exigent du genre. Ça nous replonge avec nostalgie et joie dans les meilleures heures de l’Indie Pop late 80 early 90.
Une petite louché de Shoegaze aérienne et envoyé c’est pesé !
11 titres qui distillent du bonheur sans arrière-pensée. Simple direct et touchant sa cible quand et comme il faut !
[BT]


JAMIE 4 PRESIDENT
The heartbreak campaign, LP, Digital
BCore Disc
Avec ce nom là et ce titre d’album ils sont vraiment dans le cœur de l’actualité. 3ème album pour ce groupe anglo espagnol, le 1er pour BCore Disc. Ses membres ne sont pas de jeunes innocents et ils ont un passif et une expérience qui leur permet de créer des chansons qui font mouche. Constitué de membres de Wild Animals, Fuckaine, Bullit, Please Wait les Jamie 4 President sont bien mieux qu’un side project de plus.
Musicalement le groupe évolue entre Pop, Indie Pop, Power Pop, et Pop Punk.
Les guitares sonnent très propre et précises, les mélodies sont incroyablement, immédiatement et immanquablement inoubliables !
J’avais pas connaissance d’eux avant ce ‘Heartbreak Campaign’ mais quelle jolie découverte. De plus ils évoluent avec des références qu’on a peu l’habitude de voir sitée ce qui donne une vraie fraicheur à leur musique.
Question référence il faut imaginer les Lemonheads période ‘It’s a shame about Ray’, ou Weezer des meilleures moments. Car ici, sans copier, on à la même volonté de créer une musique simple, directe, efficace, qui touche immédiatement les oreilles et le cœur. Du College Rock comme on en rêve et comme il en arrive si rarement
Guitares électriques, guitares acoustiques, chœurs, mélodies… Chez Jamie 4 President il y a tout ce qu’il faut et tout ce qu’on aime !!!
[BT]


mercredi 27 septembre 2017

Chronique : LIVINGSTONE + KAVIAR SPECIAL + CATS NEVER SLEEP



LIVINSTONE
S/t, CD, Digital
VS Com
Ce jeune groupe frenchy qui sort ce fort goutu 1er album a une démarche plutôt atypique puisqu’ils avaient déjà effectués 3 tournées aux Usa avant de l’enregistrer. Et la musique de Livingstone aussi nous éloigne de ce qu’on entend généralement de la part des groupes de chez nous. Ils amalgament Indie Rock Bluesy, Stoner allégé, Pop puissante façon 90 dans des chansons qui ont souvent l’impact et l’efficacité du College Rock. Certains titres sont des modèles du genre et font penser au niveau de l’équilibre entre la tension et la mélodie à ce que les BRMC n’ont plus été capable de refaire depuis leur 1er album. Les morceaux se succèdent sur cet album très bien construit et équilibré, chacun sonne à mes oreilles comme une évidence. La formule du Power Trio fonctionne à plein et Livingstone nous livre de ces chansons qu’on aime dès la première écoute. Et qui misent bout à bout constituent un album que j’aime réécouter souvent. Très souvent !
[BT]
En concert : Vendredi 29 Septembre : LIVINGSTONE (Indie Rock Blues Stoner) + DON PAPA (Rock’n’Roll), au Farmer, à Lyon. Prix libre.


KAVIAR SPECIAL
N2, LP, CD, Digital
Howlin’ Banana Rds / Beast Rds / Modulor
Dans l’univers très bouché (encombré) de l’Indie Garage Psyché Pop actuel les garnements mal embouchés de Kaviar Special distillent leur talent avec vigueur !
Avec leur attitude de morveux ils balancent de bonnes mélodies qu’ils épaississent de Fuzz, sans jamais bourriner. Les Kaviar Special sont fins dans ce qu’ils font, mais ils n’hésitent pas à poser leurs bites sur la table, car jamais ils n’oublient que l’essence de cette musique c’est le ROCK.
En cela ils me rappellent aussi pas mal d’excellents groupes Garage des 90’s qui n’oubliaient ni la tension, ni le son revêche ! Cependant Kaviar Special a aussi un gros côté actuel mais j’aimais ils ne sombrent dans la mièvrerie rampante…
Un album qui se joue et se rejoue souvent car il assure de bout en bout !
[BT]
En concert : Vendredi 29 Septembre : KAVIAR SPECIAL (Indie Psyché Garage) + The JACQUES (Indie Rock, Uk), à Château Rouge, à Annemasse (74)


The CATS NEVER SLEEP
Massage, LP, CD, Digital
Le Pop Club
Dans le monde surchargé des jeunes gens actuels qui se réclament du psychédélisme Cats Never Sleep s’éloigne du tout venant en proposant une œuvre variée et profonde qui évitera de les confondre avec les minets convenu (ça peut aussi s’écrire en deux mots).
Empreint de beauté et de mélancolie ce disque se place bien ailleurs que dans une seule case plus ou moins revivaliste. Car sur son 1er album (enfin !) le quintet suisse montre une grosse capacité de song writing à la confluence de nombreuses ‘traditions’ et parfaitement dans une certaine idée de la ‘modernité’.
Œcuménique leur musique se gorge de Pop 60’s de Country élégiaque de Kraut de Folk vaporeux de Rock de musiques Indie dansantes post 2000 de Psychédélisme donc mais aussi d’influences venant de tout autour du globe (Afrique, Asie surtout) tout ceci appliqué par touches pointillistes forme un album ‘impressionniste’ et impressionnant, plein de couleurs, de nuances et de contrastes.
Ce qui le positionne très au-dessus de ce qui sort habituellement !
[BT]
En concert : Mercredi 4 Octobre : CHEAP STAR (Power Pop soyeuse) + The CATS NEVER SLEEP (Indie Garage Psyché Pop, Suisse), au Brise-Glace, à Annecy. Gratuit.